Skip to content

SentiV, the robotic of the société iséroise Meropy inspects the fields on the place de l’agriculteur

  • SOCIETY

C’est une scène qui n’est pas autant de science-fiction qu’elle en a l’air. Entre deux tâches dans ses champs de él un agriculteur céréalier de la Bièvre par exemple en Isère, dépose un robotic au coin d’une parcele et s’en va, laissant le robotic inspecter la tradition. Il récupèrera les données dans quelques heures et pourra ainsi savoir si son champ de él est attaqué, par quoi et si besoin, él treacherous solely là où il faut. This scene is redouble attainable for the invention of la jeune société iséroise Meropy
primarily based on Crolles: the SentiV robotic.
I met one among my two co-founders, Guillemin Raymond.

France Bleu Isère – Guillemin Raymond, you’re the designers of a robotic who inspects cultures. Est-ce qu’on peut en savoir un peu plus sur l’engin en lui même?

William Raymond: The place there’s a robotic who’s 100% autonomous, who’s three mild, who weighs fifteen kilos, who winds in fait detecter sur des cultures sort céréalières, pour l’on the spot, des maladies, des ravageurs et des mauvaises herbes. Donc vraiment, l’idée de ce robotic, c’est de ne pas impacter les cultures avec des roues en rayon qui viennent vraiment enjamber les cultures et au niveau de l’examen, lastly, il ya deux cameras qui viennent take au dessus, Donc entre ces roues, et il already aussi une petite caméra en choice qui vient voir sous le feuillage végétal et qui est située à l’arrière du robotic. Ce qui permet de voir vraiment au plus proche de la végétation par exemple des maladies et des ravageurs qui y sont caches.

L’agriculteur, lui, delimite une parcele sur une carte et le robotic swimsuit les ordres?

All à fait. Donc l’agriculteur, sur notre software program, will outline the contours of the tradition and ensuite will outline a precision of the robotic. L’espacement en fait que le robotic va respecter, en fonction de l’equipement qu’il a mais aussi du temps qui lui a été alloué. Une fois qu’il va le poser sur la tradition, il va faire son travail de manière 100% autonomous. Il n’a pas besoin forcément de le surveiller et à la fin de son travail, le robotic va envoyer un SMS pour dire “J’ai fini mon travail, viens me récupérer”.

Remark est venue l’idee de faire a robotic pour observer les cultures? Pourquoi l’agriculture ?

Avec mon affiliate, et autre co-founder William Guitton, on était déjà baigné dans ce milieu. C’était aussi pour lui un sujet d’étude et il voyait un peu les enjeux de la robotique agricole, mais aussi les attentes lastly des agriculteurs. Lui et moi on travaillait déjà en “passion” lastly, sur un robotic dont on ne savait pas forcément ce qu’il allait pouvoir faire. Et on s’est vite rendu compte qu’il y avait une possibilité de le fournir lastly à des agriculteurs pour répondre à ces enjeux de variabilité des traitements sur une tradition, alors que la tradition actuallemente, ella est traitée de manière très homogène.

Vous avez parlé “d’attentes” des agriculteurs. Est ce que vous trouvez du répondant justement chez eux en terme de commercialization de votre robotic? Est ce qu’ils sont interessés ?

On est très attendu là dessus justement! Between l’Europe de l’Est et l’Amérique, il ya des gens qui nous contactent. Pour l’on the spot, on travaille uniquement avec des Français pour valider déjà l’side method du robotic, mais aussi l’intelligence du robotic pour vraiment que ce soit un robotic qui soit stable et qu’on puisse le fournir durably sur le marché.

Vous étiez au récent CES de Las Vegas, qu’est-ce que vous en avez retiré ?

Ça a été pour nous a brilliant event de montrer à l’worldwide et on a eu une réponse extrêmement optimistic. On a vu aussi d’autres possibilités de coopération avec d’autres entreprises ou sur des sujets auxquels on n’avait pas forcément pensé. Bien sûr il ne faut pas non plus qu’on s’éparpille, mais en tout cas, il ya de belles views pour notre entreprise. Le marché de la robotique agricole est déjà occupé avec des drones ou des satellites mais là, nous, avec ce robotic, on va beaucoup plus précisément au plus proche de la végétation pour voir notamment les adventices. C’est vraiment là où on est le plus attendu finalement, sur les mauvaises herbes, par instance pour détecter du chardon, du ray-grass, c’est là qu’il ya le plus d’attente chez les agriculteurs et les “grands comptes”.

Des livraisons au printemps 2023

Meropy devrait livrer d’ici le printemps son premier robotic vendu, ou plus precisely loué puisque c’est la components de commercialization qui a été choisie. Le coût est a peu près -tout dépend des choices et du nombre de robots- de 8000 euros per an. C’est worthwhile surtout au-dessus of 200 hectares et donc plutôt, in Isère, pour des groupements d’agriculteurs. Quant à la resolution pour industrialiser SentiV, at the moment fabricé “artisanalement” par les 8 salariés de l’entreprise, elle serait plutôt “fabless” dans l’esprit des fondateurs, c’est à dire confiée à un partenaire extérieur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *