Skip to content

[Net Managers] What are the developments of voyage d’ici to 2030?

  • TRENDING

Le secteur du voyage clearly reprimands the poil de la bête. The arrivals of worldwide vacationers devraient atteindre “between 80% and 95% of the pre-pandemic degree” in 2023, in accordance with the UNWTO. Mais au-delà des chiffres, quelles tendances se profilent cette année, et même jusqu’en 2030 ? Armelle Solelhac, PDG de l’agence de stratégie et de potential Change, recognized 8 developments, shared with the 45 determination makers current on the Web Managers convention in La Plagne on January 22-25.

1. From a mass tourism to an area tourism

La réinvention du tourisme passes par des questions liées au surtourisme, au numérique et aux prix, clarify in preamble Armelle Solelhac. « Nous aurons un tourisme de masse et virtuel, que l’on peut pratiquer dans un salon (à moindre coût) by way of le metaverse par exemple. » An motionless or presque tourism, with restricted human interactions. An instance? Il est posible de gravir le level culminant des Alpes… sans quitter son fauteuil. « Le maire de Saint-Gervais created the digital ascension of Mont-Blanc, by a digital go to at 360 levels. »

Parallèle, le tourisme d’espace, physique et de area of interest, va se developper, motivated par la recherche de lieux préservés. C’est ideamente celui d’un secteur aux flux mieux gérés, comme l’experimente la région PACA avec Waze. With an excellent high quality of service, a human relationship plus forte, an elite dimension for the identify of voyages. Et Armelle Solelhac de citer les propos de Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du Monde, lors d’une interview accordée à L’Echo touristique : «Le prix du voyage va augmenter. It appears qu’il faudra payer les conséquences écologiciques de ce qu’est le voyage. »

2. A world with out friction

«La deuxième tendency, c’est celle d’une expérience la plus fluide attainable», ajoute Armelle Solelhac, en livrant deux chiffres. 64% of the consommateurs suppose that the shopper expertise is extra necessary than the prize. And 51% of the purchasers did not use it anymore at a vacation spot or did not use it anymore after a primary unfavorable expertise. Or dans la mobilité, «on ne sait pas bien gérer les 100 derniers kilomètres, voire des 5 deniers avant l’arrivée en station de montagne», ajoute la spécialiste. Perceive sans rupture de cost, alors que les purchasers skieurs on des bagages particulièrement encombrants. D’où l’significance de l’intégration de options de mobilité au sein des infrastructures déjà présentes. An instance? Zermatt (Suisse) is accessible by prepare comme en voiture. Avec depuis sa gare ferroviaire, pour les derniers kilomètres vers les sommets, le prepare à crémaillère le plus haut d’Europe.

3. The hyper tourism

« This can be a development that reveals that the vacationer expertise tends to be binary. Avec d’un côté l’hyper connection avec nos smartphones notamment, de l’autre l’hyper déconnexion. » L’hyper déconnexion, significantly forte dans l’out of doors, but additionally at Membership Med with its related bracelets, a son corollaire: l’essor des séjours de digital detox, qui permettent un retour « à soi » et les retrouvailles avec sa tribu. « Ces séjours ont le vent en poupe, parfois avec des prix assez hallucinants. » Comme ce voyage dans les îles Turcs and Caicos, « à from 840 euros per night time », with out TV nor machine related. Avec confiscation des téléphones à l’arrivée, et une amende en fin de parcours pour les contrevenants… « C’est une expérience ponctuée avec beaucoup de recherche d’inactivité et de silence, pour des personnes qui ont fortement besoin de décrocher et de s ‘evader. » There may be additionally a platform indexing the times of digital detox : https://www.digitaldetox.information.

4. The tourism anytime anyplace

Staycation, sluggish tourism, locatourisme, bleisure… All ces ces vocables renvoient vers un tourisme plus lent, plus proche de chez soi. La platforme Staycation.co/fr en est l’incarnation. Le bleisure, lui, a l’avantage d’allonger la durée du séjour. « C’est un vrai sujet d’avenir pour stations de montagne. »

5. Le « Inexperienced » tourism

C’est le tourisme qui satisfait la quête de sens, pending les vacances. Doublé, parfois, d’un besoin de co-construction avec la populace locale. Selon une étude Reserving.com, 68% des touristes dans le monde declarent préférer aller dans des locations éco-responsables, rappelle Armelle Solelhac. Et 87% des voyageurs disent qu’ils préfèreraient voyager d’une manière pouvant diminuer leur impression sur l’environnement. Sur le thème du « Inexperienced » tourisme, parfois taxé de greenwashing, la fondatrice de Change cite la chaîne américaine d’hôtels et resorts Outrigger, qui invitations voyageurs à une exercise de plantation de coraux, pour 100 {dollars}. « This gender exercise repeat, ship the purchasers to see one an plus late if you happen to promote them ont pris. » Dans cette démarche RSE, des acteurs du voyage vont jusqu’à la certificación B Corp, como l’agence de voyages Intrepid Journey, et les platformes française Evaneos et HomeExchange.

6. The “micro” tourism

« Le minimalisme est de plus en plus dans l’ère du temps. » C’est l’esprit de Chilowé, Explora Venture, Helloways, les micro-maisons façon « Tiny Home ». Three illustrious examples of micro-tourism. Tout d’abord, la plateforme d’hébergements insolites Abracadaroom. Ensuite, the micro competition of Liège in Belgium reserved 2000 individuals. Lastly, the idea Micro-Folie, which is a “numbered museum” of works from nationwide museums (Louvre, Musée d’Orsay…), strikes from village to village.

7. Pressing tourism

This septième development falls into two sous-catégories: le tourisme dit «de la dernière likelihood» et le Journey Revenge, qui devrait s’étioler en 2023. Le tourisme de l’urgence, c’est lorsque des visiteurs, par instance, Souhaitent observer of the websites or of the species threats of disappearance. “Pompei is within the means of numbering and can be closed to the general public,” mentioned Armelle Solelhac. There are alors des questions éthiques et schizophrenes. Et pour trigger, le tourisme autour de la barrière de corail en Australie peut participer à la détérioration des fondes s’il est excessif. Extra « les revenus issus du tourisme autour de la barrière de corail en Australie permettent de sensibiliser et de mener des actions de safety. »

8. The regenerative tourism

L’idee, et même l’splendid, c’est que voyageurs laissent le lieu visited dans un meilleur état qu’ils ne l’ont trouvé, en s’impliquant dans la préservation des ressources locales. « Il faut aller au-delà des poncifs de l’OMT, et changer de paradigme, pour que moins de consommateurs dépensent plus, et bénéficient d’une meilleure expérience shopper. » Avec, à la clé, des quotas de visiteurs et des chartes du voyageur. Et la consultante de conclure avec une quotation extraite de une tribune de Christian Delom (A World For Journey), qui incarne pour ella l’avenir du tourisme pour les 10 prochaines années: «La manufacturing touristique se résumé trop souvent à une manufacturing logistique . Or, mettre la composante humaine au coeur de l’offre touristique n’est pas inclure du service dans de la logistique, c’est constructire la logistique autour du service. »

A lire sur le sujet, sur TOM.journey : Le tourisme de demain peut-il encore être sturdy ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *