Skip to content

Donald Trump will have the ability to come again on Fb and Instagram – Entreprises

  • TRENDING

Le géant des réseaux sociaux Meta a mercredi qu’il allait annoncé, dans les prochaines semaines, “mettre fin à la suspension” des comptes de Donald Trump sur Fb et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

Le public “doit pouvoir entender ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés“, justified Nick Clegg, the particular person in control of worldwide affairs at Meta, in an announcement. “Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de límites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il ya un risque de prejudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons”, at-il précisé.

The Republic, candidate for president of 2024, avait été excludes the social resort on janvier 7, 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille. This resolution with out precedent avait été imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

In June 2021, Fb will resolve that the exclusion will final two years, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que cuand les “risques pour la sécurité du public” auraient “disparu”. The suspension “ne devrait plus by no means arrive à un président en train ou à toute autre personne qui ne mérite pas de sanction!” nonetheless higher.

electoral marketing campaign

La semane dernière, l’ancien président avait officiellement sued à pouvoir retourner sur Fb. They’re avocat avait addressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas “réduire un candidat à la présidentielle au silence”.

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, peu après avoir declaré his candidature pour 2024. Il n’a toutefois pas encore publicié de message sur ce compte, Communiquant principalement by way of sa propre plateforme, Reality Social.

Mais la portée de Reality Social est très réduite par rapport à celle dont Donald Trump disposait auparavant. “Trump a besoin de (Fb) pour lever des fonds”just lately souligné sur Twitter Andrew Selepak, professor specialiste des médias et des applied sciences à l’université de Florida.

Meta a pris “la bonne décision. Qu’on le veuille ou non, M. Trump est l’une des principales figures politiques du pays et il est dans l’intérêt du public d’entendre ce qu’il a dire”, to réagi Anthony Romero, director of the puissante affiliation of civic rights ACLU.

Il word in outre that “sure des messages les plus surprising that Trump ait posté sur les réseaux sociaux ont servi de preuves contre lui et son administration dans le cadre de poursuites en justice”. “It is a calamiteuse and irresponsible resolution of Meta, which can (…) feed the propagation of haine et de la désinformation”a de son côté commenté le “véritable conseil de surveillance de Fb”, une affiliation très critique du réseau social.

“Extraordinaire”

“We all know that each resolution on the topic shall be fiercely criticized”, declared Nick Clegg. The world quantity two of the net publicity is on the core of the controversy between the partisans of a moderation plus stricte des contents, pour Assassinir les plateformes – généralement à gauche de l’échiquier politique américain – et ceux qui accusent les grandes platformes de “censure”, notamment contre les républicains, sans preuve.

Suspendre un président au pouvoir était “une décision extraordinaire, prize dans des circonstances extraordinary”, a rappelé Nick Clegg. Aim to find out that “le risque pour la sécurité publishes avait suffisamment diminué” to laisser revenir Donald Trumpmais avec les nouveaux garde-fous en place, notamment contra les récidivistes, pour desuader de nouvelles infractions au réglement des deux réseaux sociaux.

L’entreprise avait en effet I adopted a brand new grid of sanctions in 2021après une marketing campaign présidentielle américaine particulièrement tendue et l’invasion du Capitole le jour de l’officialisation de la victoire de Joe Biden.

Outre son soutien à ses partisans ce jour-là, Donald Trump martelait depuis des mois sa théorie du “Grand Mensonge” – des allégations informées selon lesquelles la présidentielle 2020 lui aurait été “volée”. “If M. Trump publishes a brand new des content material transgressifs, they are going to be withdrawn and they are going to be suspended between a mois et two ans, selon la gravité de l’infraction”, detailed Nick Clegg.

Aim to additionally stop the propagation of messages who pose no concrete dangers however contribute to “realizing the legitimacy of a scrutiny”.

He revealed “I can perceive that political individuals dissent so as to have the ability to see the clear selections”, justified Nick Clegg, the particular person in control of worldwide affairs at Meta, in an announcement. “Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il ya un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons”, at-il précisé. Le républicain, candidate for the 2024 présidentielle, avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans de l’attaque du Congrès à Washington la veille. This resolution sans précédent avait été imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.En juin 2021, Fb avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les ” risques pour la sécurité du public” auraient “disparu”. The suspension “ne devrait plus by no means arrive à un président en train ou à toute autre personne qui ne mérite pas de sanction!”, reagi Donald Trump depuis son compte sur Reality Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier .Campagne électoraleLa semaine dernière, l’ancien président avait officiellement sued à pouvoir retourner sur Fb. They’re avocat avait addressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas “réduire un candidat à la présidentielle au silence”. avoir declaré sa candidature pour 2024. Il n’a toutefois pas encore publicié de message sur ce compte, communicaten principalement by way of sa propre plateforme, Reality Social.Mais la portée de Reality Social est très réduite par rapport à celle dont Donald Trump disposait auparavant. “Trump a besoin de (Fb) pour lever des fondos”, a récemment souligné sur Twitter Andrew Selepak, professor spécialiste des médias et des applied sciences à l’université de Florida.Meta a pris “la bonne décision. Qu’on le veuille ou no, M. Trump is without doubt one of the important political figures of the nations and he’s dans l’intérêt du public d’entendre ce qu’il a dire”, a réagi Anthony Romero, director of the puissante affiliation of civic rights ACLU. Il word in outre that “sure des messages les plus surprising that Trump ait posté sur les réseaux sociaux ont servi de preuves contre lui et son administration de él dans le cadre de poursuites en justice”. “It is a calamiteuse and irresponsible resolution of Meta, which can (…) feed the propagation of l. a. haine et de la désinformation”, a de son côté commented on the “véritable conseil de surveillance de Fb”, a très critique affiliation du réseau social.”Extraordinaire””We all know that each resolution on the topic shall be fiercely criticized”, declared Nick Clegg. Le numéro deux mondial de la publicité en ligne está au coeur du débat entre les partisans d’une modération plus stricte des contenus, pour assainir les plateformes – généralement à gauche de l’échiquier politique américain – et ceux qui accusent les grandes plateformes de ” censor”, notamment contre les républicains, sans preuve. Suspendre un président au pouvoir était “une décision extraordinary, prize dans des circonstances extraordinary”, a rappelé Nick Clegg. Aim to find out that “le risque pour la securité publishes avait suffisamment diminué” for laisser revenir Donald Trump, mais avec les nouveaux garde-fous en place, notamment contra les récidivistes, to discourage new infractions au réglement des deux réseaux sociaux.L’ Entreprise avait en effet I adopted a brand new grid of sanctions in 2021, après une marketing campaign présidentielle américaine particulièrement tendue et l’invasion du Capitole le jour de l’officialisation de la victoire de Joe Biden.Outre son soutien à ses partisans ce jour-là, Donald Trump martelait depuis des mois sa théorie du “Grand Mensonge” – des allégations informées selon lesquelles la présidentielle 2020 lui aurait été “volée”. “If M. Trump publishes a brand new content material of transgressives, he shall be retired and he shall be suspended between a mois et two ans, selon la gravité de l’infraction”, detailed Nick Clegg. Posent pas de risques concretes mais contributor à “saper la legitimité d’un scrutin”.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *