Skip to content

Remark vivent les “vérités scientifiques” ?

  • FASHION

La philosophie des Lumières défendait l’idée que la souveraineté d’un peuple libre se heurte à une limite, celle de la vérité, sur laquelle elle ne saurait avoir de prize. David Hume wrote in 1742 : “Même si le style humain tout entier concluait de manière définitive that le Soleil se meut et que la Terre demeure en repos, en dépit de ces raisonnements, le Soleil ne bougerait pas d’un pouce de sa place et ces conclusions resteraient fausses et erronées à jamais” (1). Les vérités scientifiques, nous dit en somme le philosophe écossais, ne sauraient relever d’un vote.

“Avoir un avis n’équivaut nullement à connaître la justesse ou la fausseté d’un énoncé scientifique”

Le droit des citoyens à poser des questions, à inquêter, à émettre des avis, à interpeler les chercheurs como les gouvernants, n’en demeure pas moins un droit absolu. Et qu’il doit leur être répondu de la façon la más honnête doable. Mais avoir un avis n’équivaut nullement à connaître la justesse ou la fausseté d’un énoncé scientifique. Au demeurant, l’indépendance de la vérité scientifique évoquée par Hume n’enlève rien à la liberté individuelle: neither Galilée, nor Newton, nor Darwin, nor Einstein n’étaient des dictateurs en puissance. Elle protects her, au contraire, du moins en démocratie. Automobile lorsque le pouvoir ment, trompe ou se trompe, l’individu peut alors se réclaimer de cette vérité pour le contester.

The “vérités de science” are neither absolute nor definitive

Hume laisse toutefois dans l’ombre an vital level: the “vérités de science” are neither absolute nor definitive. Bien sûr, certaines sont si solides qu’on voit mal touch upon pourrait un jour les considerer comme fausses: par exemple, la Terre est ronde et tout semble indicar que cela va durer; l’atome existe, et là aussi, il s’agit d’un énoncé qui n’est pas près de vender fake. Mais certaines vérités de science finissent par devenir tout à fait fausses. For instance, the théorie du phlogistique, who postulated au XVIIe siècle that the combustion of a physique consisted of l’émission par ce corps d’un fluide, le phlogiston, a été invalidée par Lavoisier au XVIIIe siècle. Le phlogiston n’existe pas. Idem pour l’éther luminifère, I census function help à la propagation de la lumière, qui rendit l’âme en 1905 après un bon siècle d’existence virtuelle.

La Terre est bien rounde mais elle ne tourne pas autour du Soleil

Mais d’autres “vérités de science”, sans être démenties, peuvent présenter au fil du temps un visage changeant. Ainsi, dans une certaine mesure, il est devenu inexact de dire que la Terre tourne autour du Soleil. This formulation laisse en effet perceive that le Soleil occuperait une sorte de “centre”, or constituerait a référentiel au statut particulier, différent des autres. Or, les succès de la théorie de la relativité générale, formulated by Einstein in 1915, l’ont formallement établi : all les référentiels are strictly equivalents. En clair, il n’en est pas un dont on pourrait dire qu’il a quelque selected de particular par rapport aux autres, et cela vaut bien sûr pour le référentiel associé au Soleil. Copernic et Galilée s’étaient-ils pour autant trompés ? Non, pas vraiment: ils avaient aporté, à leur époque, la bonne réponse à une query posée d’une certaine façon. Afterwards, des révolutions scientifiques ont bouleversé la façon de comprendre la gravitation, donc la descripción des phénomènes qu’elle régit.

Comme quoi, lorsqu’on invoke des “vérités de science” », il convient d’être précis et prudent dans la façon de les énoncer. Faute de quoi, on ouvre grande la porte à ceux qui ne leur reconnaissent pas ce statut, les traitent par le dédain ou les contestant au nom de leur instinct. “Il est difficile de dire la vérité, a écrit Franz Kafka, automotive il n’y en a qu’une, mais elle est vivante, et a par conséquent un visage changeant”. C’est ça qui est bien avec les phrases de Kafka: il ya toujours de quoi “faire réflexion là-dessus” (…)

(1) David Hume, Le Sceptique, dans AND

ssais moraux, politiques et littéraires

,

alive, 1999, p. twenty-one

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la web page. Histoire, economie, sciences, philosophie, histoire de l’artwork…

Écoutez et abonnez-vous à la podcast assortment “Le Pourquoi du remark” ; Les meilleurs consultants répondent à toutes les questions que vous n’osez poser.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *